Un long fleuve agité


Il y a des périodes où c’est compliqué. On a beau être un couple soudé il nous arrive quand même d’avoir envie d’envoyer bouler l’autre. Surtout les jours de pluie, ceux où on n’avance pas. C’est là qu’il faut être fort, c’est là qu’il faut croire fort en notre projet. Ce jour où quand tu sors ; il pleut, quand tu bosses dedans ; rien ne va et que les enfants sont trop dans tes pattes et qu’on a envie de tout péter pour un clou qui part de travers. Pourvu que notre projet soit plus fort.

Sachez qu’il s’est passé 8 mois depuis le début des travaux. Ces 8 mois bien sûr ont été accentués de haut et de bas, de réussites et de déceptions, d’accords et de désaccords. Ce qui est sûr c’est que nous avons été très optimiste de vouloir partir pendant l’hiver. Grosse déception de voir le travail non fini à ce moment là et même plus encore quand on voit l’ampleur des travaux encore restant à faire.

Finalement comme pour tout le monde nous avons pris du retard dans nos travaux. Et nous n’échappons pas à la règle de la société dans laquelle on vit: ce n’est pas assez rapide ! Nous voulons tout, tout de suite et avec nos moyens. Et oui finalement pour le moment sur ce point nous sommes aussi formatés que tout le monde. On va arranger ça ( quand on sera parti 😉 )

Nous avons prévu 2 ans ; 2 ans de notre vie entre parenthèse où l’on profitera de nos moyens autrement. 2 ans qui peuvent s’écouler si vite en travaux. Les doutes sont là et subsistent. Sommes nous partis trop vite ? Aurions-nous dû continuer à travailler pour mieux financer ? Non ! Pour nos enfants c’est maintenant, et comment aménager un bus si l’on travaille ? Combien de temps aurait-ce pris de voir languir notre projet et se ternir peut-être de bonheur d’y être. (Est ce français ?) Il y en a qui mettent minimum 3 ans d’autre 5 d’autre moins.

Ce qui est sûr c’est que Rémy et moi sommes d’accord sur le dit suivant : prenons les rênes pour attraper notre bonheur, il ne viendra pas à nous tout seul. C’est un animal sauvage ( c’est de moi 🙂 ) Et ce n’est pas facile d’attraper ce bonheur sauvage.

Ce contenu a été publié dans Duo Parents. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *