La route en cadence

Nous avons quitté le nid d’été de l’Hérault pour faire une halte dans le Tarn vers Albi.

En quittant le nid nous sommes repassé par le lac du Salagou qu’on a vraiment aimé. Cette fois ci nous y sommes restés 3 jours. Balades, baignades, et en cadeau une morsure d’origine inconnue (mais peut-être araignée) qui a fait un peu gonfler la main. Le lac du Salagou nous plaît énormément. Son paysage aux couleurs vives rougeoyantes contrastants avec la couleur du lac et de la verdure ; c’est simplement dépaysant. Nous nous sommes posés là bas comme à un repos avant la course.

Pour la suite, il fallait une suite donc tracer une route à suivre. C’est toujours un peu compliqué. Il faut que la destination ne soit pas trop loin car le chauffeur à une endurance de une heure environ pour qu’elle soit prudente. Il faut aussi qu’il faut qu’elle soit accessible pour la taille de la bête et qu’elle plaise. Promenade, visites, parc etc… Bref à chaque fois l’examen de la route se fait via la carte et ensuite via internet et ensuite examen de la destination. Je suis notée attention ais-je réussi mon contrôle ou pas. A chaque parcelle où la route sera compliquée ou délicate je perds un point, alors pourvu que la destination soit bonne.

A chacun son fardeau, moi la route lui la conduite. Mine de rien, une fois que la route est tracée c’est à son tour de jouer. Une fois que le bus est démarré il faudra aller au bout car les demis tour et les arrêts ne peuvent pas se faire partout. Et lui il a sous ses mains la responsabilité de la famille et de la maison. Donc vigilance à toute épreuves.

Et quasiment à chaque fois il en écoulera des tensions, soit sur l’heure du départ, soit sur la destination, la route, le temps qu’on y restera, le confort bref il y a de quoi discuter. Et dans tous ça ajouter un soupçon de brouhaha et l’absence de coopération de 4 enfants et la recette du chef est prête.

Arrivé sur place, il faudra s’accorder sur l’orientation du bus, puis sur la manière de le faire. Le bus enfin garé, chacun sa façon d’opérer. Si le plus petit ne dort pas (qui soit dit en passant généralement se réveille à la coupure du moteur) il faut qu’il sorte immédiatement pour voir quelle activité il fera. « voyons quelles frayeurs vais-je pouvoir faire cette fois-ci à mes parents ? » Pour Eden il va falloir qu’il vienne au plus rapidement coller maman de laquelle il a été séparé par l’espace d’un siège puisque souvent je me mets à l’avant pour aider notre chauffeur à atteindre la destination. Elliott quant à lui il faut qu’il assimile qu’il est dans un nouveau lieu et s’il pouvait le faire en dehors du couloir pour ne pas gêner la circulation ce serait pas trop mal, car il y a du mouvement et c’est petit ici. Moi je remets en place le nécessaire, la fontaine à eau, le garde manger, les toilettes, les bacs à eau pour laver les futures mains sales, car sinon j’aurais le droit « maman ! Je veux …. »

Ensuite viendra le moment du ; on fait quoi ? Il faut qu’on se mette d’accord. Certains s’étaient vu lézarder donc vont avoir du mal à adhérer à la proposition d’une visite, d’autres étaient plus partis pour activité donc idem, d’autres chialent simplement parce que à leur âge se permettent de faire ça sans être ridicules et sans raison. Moi généralement je ne suis jamais prête pour le on fait quoi. Partager entre l’excitation des petits qui va se transformer en colère, le devoir de faire l’école aux grands, l’envie de me promener et de rencontrer des gens et celui de raconter ma vie sur le blog. Aller ce sera visite. Ensuite on improvise jusqu’au prochain départ.

Nous avons dernièrement rencontré 2 métiers :

Un menuisier ébéniste à Camarès. un magnifique boulot et on ne peut pas le rater en se baladant dans le village, son atelier nous saute au yeux. Ses volets ses portes sa décoration extérieure porte la marque de son travail. Travail sobre mais raffiné et délicate tout en Douglas. Une discussion d’une heure sur le bois, le travail, la vie et son village.

Une vitrailliste dans l’atelier de Marion à Vitrac. Elle confectionne artisanalement les vitraux mais surtout restaure à échelle humaine les monuments du coin. elle a pris le temps pour nous montrer comment son travail s’effectue, la minutie avec laquelle elle procède et la patience. Une discussion et découverte d’une heure et demie. Nous qui avons été séduit par la collégiale d’Uzès et la cathédrale d’Albi nous pourrons désormais avoir un oeil connaisseur sur les partie vitraux des monuments qu’ils soient églises ou d’ailleurs.

Quand les destinations reçoivent 20/20, comme celle de Saint André de Valleborgne. Nous y restons généralement un peu plus de temps que prévu. Ou alors le Sidorbe qui plaît à tous. Pour moi ce fut un paysage magique, en fait j’avais l’impression d’être dans le dessin animé de la Reine des neiges, dans la famille de Kristoff les trolls rochers. Allaient-ils se reveiller ? Et moi quand c’est magique et mystérieux c’est tout bon. Eneko lui s’est donné joie de tout grimper, escalader se perdre au milieu des rochers. Elliott s’est testé : ses limites, ses capacités physique et téméraire (non). Les 2 petits eux ont pour leur part fait un gros cours sportif sur l’équilibre et la force. Rémy est un randonneur et les sentiers ne manquaient pas. Alors Oh Joie ! Ce lieu calme du mois de septembre nous a plus. Le seul bémol a été que les grands cherchaient un coin où se baigner. Sidorbe : ressource de granit et leçon sur la formation rocheuse de cette ressource.

Après avoir séjourner un bon moment à Orban d’où nous avons fait route vers le Sidorbe, nous sommes maintenant à Técou, à quelques kilomètres chez l’ancien propriétaire du bus. Des gens très généreux et gentils. Ou je pense que nos yeux et nos esprits vont encore se remplir de découverte. Déjà Elliott a conduit un tracteur. Quelle fierté il a eu !

De Técou nous y sommes restés 2 semaines environ. Nous y avons reçu les cuve à eaux propre, le prochain casse tête. Il a fallu vider toute les soutes pour y faire de nouveau un tri pour pouvoir y entrer nos cuves de 600L. Nous avons fait à partir de Técou des visites alentours. Dans une sérénité agréable. Est-ce l’expérience qui nous félicité enfin. Nous avons pourtant visiter des patelins pérchés accessibles par des routes pas toujours simple. Nous avons commencé par Lisle-sur Tarn où nous avons passé 2 jours simple visite + parc. Les enfants étaient mélangés à d’autres ravi de profiter encore du parc avec la rentrée passée et ce dernier mois d’été. Nous avons ensuite visiter Castlenau de Montmirail. De là on sentait les enfants un peu fatigués de visite de ville, les architectures et les ruelles les interressait beaucoup moins. Finalement nous avons compris que la rentrée étant faite, les villages sont vides, les jeu de piste pour enfants fonctionnent pas puisque les boutiques estivales sont fermées cela donne une image moins agréable et lasse les enfants. Pour autant on ne lâche pas l’affaire c’est le moment encore de flâner dans ces jolies ruelles quand l’été sera fini en efffet elle n’auront vraiment plus d’attrait. Alors nous poursuivons vers Puycelsi où là l’activité fut la randonnée qui fut longue et pas facile avec ses dénivelés mais tous fiers de nos cueillettes de fin d’été et de la l’épreuve sportive. La visite du village plu aux enfants. Celle-ci accueille des enfants de classe en visite alors les jeux de pistes sont encore fonctionnels. Et c’est vrai que le village avait de quoi nous écarquiller les yeux. Ensuite nous avons fait route vers Bruniquel où la pluie fit son apparition. Dommage le village en fut un peu pénalisé mais nos yeux avertis ont tout de même trouver de quoi se régaler. Et puis nous sommes venus ici pour visiter le château, qui fut franchement intéressant, pour tout le monde. Après avoir passé ces quelques jours à rouler et rouler et visiter, marche arrière, un tour en scierie pour refaire le plein de sciure, direction magasin pour refaire le plein, ce fut très pénible et d’ailleurs le soucis de se garer en sera très souvent ainsi. Retour à Técou où l’on profite en se posant un peu et pour faire de menus bricolages pendant que les enfants profite d’un grand jardin pour jouer au kart, au ballon, au trampoline et aux chamailleries.

Après avoir partager un bon repas avec nos hôtes nous quittons le lieu pour sortir du département et flirter entre le Tarn et Garonne et le Lot. Direction vague vers Fumel.

Publié dans Duo Parents | Laisser un commentaire

Gros comme un camion

Mes sales gosses ou mon mec à la con 🙂

Pourquoi je lui dis de vider le biberon où il reste du lait, et forcément il va le vider à l’entrée de la maison (le bus) là où on mettra le pied.

Le bus est de travers fais pipi assis… Je t’avais dis de faire pipi assis ! Merde !!!

Quoi ?! Mais vas-y bats le tant que t’y es ! Ça fait une heure que je te dis de lui changer la couche. Tu trouve étrange maintenant qu’il y en ai partout !

Oui c’est vrai je râle je préfère prévenir que guérir. Mais vas-y toi guéris maintenant !

Je suis grosse !!! T’y es peut-être pour quelque chose mais je te dirais pas quoi !

Laisse moi tranquille je te l’avais dit. Papa aussi sait mettre des pansements

Tu te laves les mains avec l’eau de potable filtrée. Mais oui bien sûr !

En fait tu laves la table avec une éponge sale là !

« Maman tu fais quoi à manger ? – De la merde pochée, j’espère que t’a faim! »

T’as raison toi ! Il y a des règles mais t’es pas obligé de les suivre toi !

Ah ! T’es prêt toi ! Mais oui tiens allons-y, chacun pour sa gueule on verra qui sera puni d’un oubli.

Tu ne le trouves pas, tu râles et râle encore ! C’est chiant et t’es le seul au monde à qui ça arrive. Gueule encore peut-être qu’il apparaîtra.

Des fois il y a des gros pétages de plombs

Publié dans Mon actualité | Laisser un commentaire

Vie à bord

Nous vivons dans le bus depuis maintenant 7 mois. Nous sommes sur les routes depuis 3 mois. On peut dire que l’on s’est acclimaté.

La vie à bord d’un véhicule roulant est une aventure. Car le choix a été de vivre dans une maison d’environ 24m2 pour nous 6. Ensuite cette maison roule et nous entendons utiliser ses roues et quitter le domicile fixe, confortable et rassurant. De plus nous n’allons pas simplement rouler pour aller ailleurs nous allons aller dans plusieurs ailleurs. Le but étant de connaître d’autres horizons et aussi d’autres mode de vie. Dont le notre qui sera une vie nomade.

Nos enfants sont jeunes au départ 1 an, 2 ans, 6 ans, et 9 ans. 3 feront l’école à la maison dès la rentrée prochaine. 1 en maternelle, 1 en Ce1 et le plus grand en Cm2. Ça aussi c’est nouveau, enseigner. Je pense avoir une bonne pédagogie mais entre penser et le faire ce n’est pas pareil.

Nous sommes en route pour une durée déterminée à 2 ans. La suite ce sera selon ce qui adviendra. Mais dans le cas où il y a normalement rescolarisation des enfants nous souhaitons rester proche du programme. Alors là le souhait nous donne du fil à retordre. Car se dit-on : pourquoi pas enseigner selon ce que l’on vit. Eh bien c’est facile à dire mais inventer un cours adapté au 2 niveaux et le dérouler comme ça dans la journée pendant une période où tu es censée être disponible pour toutes éventuelles question. C’est un peu difficile à suivre, il faut l’expérience et un cours ça se prépare. Au bout de 3 mois d’excuses, de bricolages, de remise au lendemain et autres détournements du travail, on en revient à dire : Ok il faut s’y mettre. Alors on plonge dedans. Manuels scolaire pour les 2 et on prépare les cours et on vise la régularité. Avec de la chance je note au crayon à papiers quelques exercices à faire lorsque parents non disponibles et parfois ils sont faits : MIRACLE !!!

Sérieusement c’est compliqué cette histoire car tout le monde doit se motiver. Et les enfants, et les parents. Alors à nous de préparer un cours adapté, intuitif et ludique pour eux. Après tout, l’avantage d’être seuls élèves des parents c’est que nous les connaissons, nous savons ce qui les amusent et surtout il n’y a pas de contraintes (presque). Dans tout ça apprendre devient amusant. Jusqu’à ce que les petits frères s’y mêlent. Et oui ! Au bout d’une heure il faut bien que les petits viennent voir ce qui retient tellement les grands frères. Alors pendant les dernières minutes où l’on ne peut pas quitter le travail comme ça, le travail devient bataille, devient fouillis, devient inutile. Et là on compatis avec les professeurs d’écoles qui doivent faire avec tout les caractère et comportements des 25 élèves. BRAVO ! Ceci étant c’est agréable de se dire que c’est toi qui instruit ton enfant. Car nous choisissons tout même sur quoi s’attarder ou non et aussi que introduire en plus ou pas.

Ensuite la vie commune dans le bus est une bataille pour tout le monde. Dans la famille on a certains qui ont toujours besoin de coller les autres, un qui n’aime pas être seul, un autre qui aime se trouver seul dans son coin, un autre qui aime partager ses expérience un autre qui aime simplement les vivre seul, des petits, des grands, des adultes avec chacun sa tolérance et ses limites. Dans un espace limité.

Alors faire à manger est une grande adaptation façon miniature de la cuisine d’une maison normale. Celui qui, à partir du moment où tu te diriges vers le plan de travail demandera à manger est fidèle au poste. Que ce soit parce que tu mets un verre dans l’évier, que tu fasses la vaisselle ou ranges, ou découpes des légumes. Quant à celui qui surveille la moindre miette, morceau ou autre qui peut être chipé est là aussi, donc nous voilà 3 dans 2m2. Donc il faut apprendre à faire à manger sous les cris indignés de famine et très souvent faire participer la confection du repas quitte à ce que cela prenne 30 minutes au lieu de 10. Ce que je faisais avant mais rarement. « Rapidité et efficacité oblige » étaient des mots très courant dans mon vocabulaire d’avant ce changement.

Comme notre maison est petite nous avons facilement les yeux les uns sur les autres. Rien ne peut être fait en cachette ou presque. Alors à 4 garçons, que représente la figurine de super héros, ou la carte de collection ou même la voiture rouge qu’on avait perdu de vue ? Elle représente un vrai TRÉSOR ! Surtout aux yeux des petits et malheureusement au détriment des grands qui commençaient à se raconter des histoires seuls dans leur coin bien tranquillement. Alors il faut apprendre à partager plus souvent les jeux et l’adapter pour qu’il soit collectif finalement, la tranquilité ne sera pas pour cette heure-là.

A la moindre pagaille les parents s’agacent. Oui parce que l’espace est petit et les enfants ne se rendent jamais compte du bazar que cela fait et peut engendrer si on laisse comme ça. Donc rajoute encore de l’agacement cette attitude d’aveugle. Nous somme obligés de tous mettre la main à la pâte pour que le rangement soit fait alors apprendre à tout le monde comment ranger et c’est fatiguant. Parfois la facilité serait de les mettre dehors pour ranger tranquillement ce mini chaos.

Apprendre à écouter les autres est tout un vrai apprentissage. Dans ce lieu si mini, les boudeurs à leur façon se multiplie. Certains se replient sur eux même d’autres râlent à faire vibrer le bus, d’autres embêtent jusqu’à épuisement. Cet habitat où nous sommes les uns sur les autres peut vite faire passer un seul boudeur à 3 ou 5 c’est assez contagieux. Heureusement tout comme son inverse la joie surtout si l’origine du départ veut que tout le monde en profite. Nous apprenons je pense plus rapidement à faire des concessions, à pardonner plus rapidement, parfois à laisser couler l’eau. Mais aussi pourquoi pas finalement à comprendre. Pourquoi boude t-il ? Si on peut éviter ça la prochaine fois. C’est vraiment juste à cause de la cuillère ? ou alors parce que il avait envie de se promener ce matin, mais les autres traînent au petit déj ? parce que il s’occupe toujours de cette même tâche? parce que il voulait un câlin simplement ? personne ne l’aide à trouver son livre etc… Vivre autrement que le rythme métro boulot dodo, ne nous donne pas entière disponibilité aux enfants. Peut-être d’ailleurs heureusement pour eux. Mais cela est finalement aussi frustrant et même autant de culpabilité que dans la vie d’avant. Car finalement nous avons estimé que vivre ainsi nous livrerais du temps pour eux pour nous. Mais nous restons parents de 4 enfants, et un couple à entretenir, une vie à faire. Ce qu’il faut apprendre là c’est la base d’apprendre à prendre le temps. Je vous l’expliquerais autrement là. Vivre pleinement serait le meilleur apprentissage pour nous.

Partager nos centre d’intérêts. Balades, randonnées, visites, connaître ? Tout ça est différent et amène parfois des colères silencieuses ou non de ce que l’autre attendait ou pas. La communication reste le meilleur moyen de partager les lieux et découvertes en toute égalité ou du moins en toute conscience, mais comme un peu partout, la communication se fait grâce à la disponibilité que se donne l’un à l’autre et même dans notre vie elle n’est pas tout le temps présente. Parfois la route d’un lieu à un autre se fait rapidement. Il suffit qu’un membre n’a pas eu le temps de s’adapter, ou de se faire une idée de ce qu’il pourrait bien y faire que l’autre « impose » déjà quoi faire. L’idée de la randonnée est peut-être bien celle qu’il aurait choisi mais qu’elles étaient les autres possibilités? Pourquoi n’a t-on rien proposé d’autres ? C’est peut-être pas ce que je veux faire. Mais en famille arrivé à un endroit parfois il faut prendre vite la décision sinon le troupeau de diablotins se met en branle et nous n’y pouvons plus rien en faire et bien sûr le créneau de la sieste reste une des grosses contraintes.

A savoir que même dans notre mode de vie où certains pensent que nous avons toute la disponibilité du monde et du temps et ben non nous arrivons aussi à être indisponible et nous aussi on culpabilise parfois de ne pas l’être. Nous sommes parents comme ceux qui veulent toujours bien faire. Ne pas oublier que être parent c’est aussi ne pas être parfait.

Publié dans Duo Parents | Laisser un commentaire

Les activités

Chaque carte est bonne pour 2 années et coûte 16€

Août 2019 : Nous avons fait l’acquisition d’une carte des étoiles quand nous avons visité le Mont Aigoual, site météorologique dans les Cévennes. Nous avons appris alors à regarder le ciel la nuit et y découvrir les différentes constellations. Ce n’est pas facile car il faut comprendre les grandeurs qui sont très différentes de la carte puisqu’elle est condensée.

Aujourd’hui une des activités préférée d’Elliott. Sur un arrêt de route à Ferté Saint Aubin avec maman on va fabriquer un calendrier d’anniversaire. Mètre, perceuse, crayon, bois, couteau Etc…

Nous avons décidé de nettoyer le jardin dans lequel nous sommes hébergés. En plus trop bien cette pince !
A la ferme au fil des saisons, on décide de faire du vélo pour aller voir plusieurs fois les animaux, mais les petits frères se mêlent de tout !
Notre première initiation au télescope, nous avons pu observer la lune, elle est magnifique ! Des gros cratères et ils sont beaucoup.

Apprendre à s’orienter avec la boussole, faire du vélo, utiliser un talkie-walkie, entendre de l’allemand, ne pas oublier de charger sa lumière solaire, faire la vaisselle, la balançoire, nous adorons découvrir les constellations et les retrouver, inventer des rébus, lire d’ailleurs beaucoup. Tout n’est pas pris en photo car nous profitons beaucoup des instants et nous ne nous arrêtons pas pour la photo où en plus souvent l’appareil est pas sur nous.

Publié dans Duo Aînés | Laisser un commentaire

A votre attention

Je ne suis pas une experte en blog. Je fais ces rapports pour vous montrer ce que l’on vit et pour partager. Pour laisser une trace aussi. J’aime écrire. Cela restera cependant un blog sommaire je pense, car que je m’explique. Je vis le présent (du moins j’essaye au plus) donc les événements, les bons moments les belles choses ne seront pas toujours en photos car je n’ai pas toujours l’appareil sur moi et je ne m’arrête pas forcément pour la pause photo. Cependant je tiens souvent à vous retranscrire ce que je vis. Alors je vais là dessus essayer d’être plus rigoureuse. Ma vie est simple il n’y aura pas de sophistication au travers des belles photos retouchées, elles seront prises sur le tas si l’appareil se trouve sous les mains. Pas de publicité à l’image, on restera sobre.

Publié dans Zap sur la vie du car | Laisser un commentaire

Les découvertes des petits

18/10/2019 Dernièrement les cadets s’entraînent sur des terrains très animés. Nous sommes dans le Sidobre où les gros rochers nous amusent, les escalader est toute un défi. Sauter du haut du rocher, appréhender l’équilibre et aussi sur les grands tronc d’arbre couchés à terre. Aujourd’hui les 2 cadets savent marcher en équilibre sur un tronc de 25cm de diamètre ce qui équivaut à la fameuse poutre à l’école je pense.

Se déguiser

Été 2019 Apprendre à monter un vélo, se baigner en rivière, la balançoire, l’équilibre sur une balance, suivre les avions dans le ciel, qu’est ce que ce toilette sèche ? S’orienter dans le grand terrain, nourrir les poules et les canards avec des restes.

Publié dans Duo Cadets | Laisser un commentaire

La Spiruline

Quand nous nous sommes arrêtés à Viols-le-Fort il y avait une culture de spiruline, une variété d’algues comestibles qui peut apporter à notre corps énormément de nutriment. Un surplus de récolte nous a permis de la découvrir en mode spiruline fraîche. Voici comment je l’ai cuisinée.

Dans ma recette de pain habituelle au muesli et oignon j’y est introduit la spiruline à raison d’une grosse cuillère à soupe.

Dans ma recette de crêpes sucrées j’y ai ajouté le mélange suivant : 1 cuillère à soupe de spiruline mélangée à 1 cuillère à soupe de mie et d’1 verre de lait. Impeccable !

J’en ai fait une sorte de tapenade voici ma recette. 2 cuillères à soupe de spiruline, avec un demi verre de lait (mais je pense que la prochaine fois je ferais avec de la crème fraîche pour la consistance) une grosse cuillère à soupe d’huile d’olive, une gousse d’ail gratté, un demi jus de citron et du basilic un haché (env 10 feuilles). Nous les avons dégusté sur du pain et aussi avec des tortillas. Aussi en toast pain / jambon de pays / spiruline (et sur celle-ci pour la prochaine j’y ajouterai du chèvre).

Publié dans Recette, cuisine | Laisser un commentaire

Kuna Yala

Nous sommes installés sur un emplacement au sein d’une association à vocation de partage de lieu, avec habitat nomade ou alternatif. Le lieu à première vue ne paye pas de mine, je dirais même que c’est Bagdad. On fait connaissance avec les locataires. Un endroit où l’envie de partager, où l’union fait la force. Nous nous attendons à voir un grand potager ainsi que de la permaculture, un endroit à atelier pour enfant, un terrain entretenu puisque plusieurs bras sont là. Mais non, ce fut pas si beau. Ensuite le terrain ressemble (mais n’est pas) plutôt à un terrain vague vraiment pas assez entretenu. Nous aurions pu hésiter à rester, mais la curiosité et l’envie de faire connaissance à gagné.

Finalement nous sommes intéressés. Oui il y a beaucoup de choses à faire et un sacré coup de motivation à redonner au groupe qui est passé par quelques inconvenances et événements qui font comprendre l’état du terrain. Aussi sachant que cela fait quelques mois qu’il n’y a plus de pluie qui tombe sur le terrain, c’est ça le sud. Au moins ici on est sûr qu’il y a quelques choses à faire. Il faut désherber, ranger un hangar, créer quelques installations pratiques. Bref de fil en aiguille nous mettons la main à la pâte, tout le monde se remet en marche et ça fait plaisir à tout le monde. Les locataires sont vraiment des gens appréciables et authentiques.

un super repas du soir

Bref 2 mois ici normalement pour donner ce qu’on peut donner, améliorer notre habitation à nous aussi, visiter les environs et du plaisir. La solidarité est au rendez vous. A force de les connaître eux et leur histoire nous comprenons pourquoi il y a eu un déclin ces 2 dernières années et en résultat cet état de paysage désolé. Nous avons l’envie de donner l’impulsion, de redonner l’envie d’y remettre de l’énergie. Le coup de pouce qui fait du bien.

Bien installé dans des températures avoisinant les 38C° depuis au moins un mois. Alors depuis que l’on est parti nous rencontrons quelques difficultés. Un manque de motivation à bricoler notre maison par cette chaleur alors que certains équipements sont vraiment nécessaires. Autre difficultés de toutes parts est de faire travailler les grands. Comment être concentré devant les devoirs avec une telle chaleur ? En plus le matin nous filons un coup de main à l’asso ou alors nous bricolons et le soir vers 21h trop fatigués.

Mince ! MAUVAIS pARENTS ?!

Aimer se retrouver

Au moins nous avons réglés le problème de panneaux solaire. Mais franchement même si on ne « souffre » plus de la chaleur avec l’habitude, bah Il Fait Trop CHaud !!! Travailler c’est dur ! Et parfois on s’y met quand même.

Le joli potager désherbé donne ses fruits ; framboises, tomates, courgettes, aubergines etc…

Et oui la chaleur est toujours d’actualité. Nous arrivons à la fin de notre séjour. Nos moments ici ont juste été géniaux. Vraiment les colocataires sont extras. On ne peut que bien s’entendre. 2 mois ici quelques travaux et surtout une belle entente. Et même malgré les motivations souvent la chaleur est plus forte que nous. Mais qu’importe quand nous nous y mettons nous sommes efficaces. Bientôt le départ, forcément cela va serrer les cœurs.

Merci KUNA YALA été 2019 pour l’accueil !

Publié dans Duo Parents | Laisser un commentaire

Le Top Départ

Une étape pas facile à passer. Partir avec 4 enfants donne une responsabilité importante. Le bus doit être une maison. mais c’est un travail fastidieux. Parfois on veut faire trop vite et il faut recommencer.

Il faut savoir reconnaître ses erreurs et annoncer aux autres que l’erreur nous fera perdre du temps. Même si l’erreur est humaine.

Il faut savoir être patient, attendre une pièce longtemps ou attendre de trouver la bonne solution.

Il faut avoir confiance car bous sommes mis à l’épreuve continuellement : les pleurs des enfants, leur instruction, les pannes, l’harmonie du couple.

Tous ça transforme le départ prévu dans 6 mois en 11 mois. On finit presque par pensée que le départ est une utopie.

Oui ! c’est aussi savoir dire « on part » le même que celui qui a mit en marche notre idée en mode exécution.

Le bus n’est pas fini, sur certains points nous avons même reculé. Nous n’avons plus de cuve d’eau propre, ni la pompe. On est pas bien sûr du fonctionnement des batteries mais le temps nous le dira si sur ce point si nous sommes autonome ou pas. Les soutes ne sont pas encore verrouillables, donc nous ne pourrons pas vraiment quitter le bus l’esprit tranquille.

Alors voilà nous avons programmé une fois de plus le départ au jeudi 27 juin et cette fois-ci nous sommes partis. Nous avons beaucoup d’heures de route à faire car nous allons vers Montpellier et nous allons la faire en plusieurs fois.

Le départ est une véritable étape cruciale. Nous espérons ne rien oublier. Nous voulons tout rentrer dans les soutes, le stress monte. C’est la course contre  » Le top ! Allez nous partons! nous sommes prêts ! »

Et c’est comme faire un enfant de dire ça. Ça veut dire quoi être prêt ? Il fallait et il faut le définir pour être en accord pour ne pas presser l’autre ou pour ne pas faire trop attendre l’autre. Il faudra certainement le redéfinir en cours de route.

Mais voilà nous sommes partis !!!

En Route !

Publié dans Duo Parents | Laisser un commentaire

En route saison 1

Jeudi 27 Juillet nous avons pris les routes plus grandes. Dépassant les frontières normandes. Direction le Sud, Viols-le-Fort. Sous la chaleur caniculaire, les pauses sont nombreuses et les tensions sont palpables mais la route se passe plutôt bien.

Je suis équipé de mes 4 panneaux solaire qui pour le moment ne fonctionnent pas. Pourquoi ? J’ai aussi des arrivées d’eau mais pas de grandes cuves d’eau alors on se contente dans l’habitat d’un bidon de 30L + 2 bac ikéa rempli + la fontaine qui donnent environ 80L pour 6. Bon d’accord mes soutes sont quand même remplies. J’ai même mon extension : la grande tonnelle jaune.

Pause pour la nuit dans une aire aménagée par un agriculteur.

Sur les routes on m’équipe de moustiquaires qu’on peut voir sur la portes d’entrée sur la photo.Je stoppe la tribu à plusieurs endroits sur la route. Une petite ferme à la frontière de la Normandie, à la Ferté Saint Aubin, dans des parcs, des étangs bref on essaie d’être créatifs. Je sens que la tension est là car mon conducteur est un jeune permis et c’est une grande famille qu’il a sous sa conduite dans ce grand véhicule que je suis. La route ne convient pas toujours. Les kilomètres, les pauses s’enchaînent et nous arrivons à Cuzac : destination de coeur. On y reste 4 jours et j’y ai entendu quelques acclamations de joies.

Sur la route je décide un peu avant la fin du grand premier trajet de leur donner un point d’expérience. Je me casse un ressort. Ce n’est pas grand chose mais du coup la pédale d’accélérateur est dans le vide. Ah ! Ah ! Ah ! Un petit vent de panique silencieux des parents pour gérer le soucis en plein dans une route voies rapides. Mais le problème a été géré sur le bord de laroute le sur la bande d’arrêt d’urgence. Un appel aux dépanneurs de Lodève car il est décidé qu’avec les mini Maurice ils ne pourront pas y faire face c’est trop dangereux. Hop et c’est reparti. Et puis nous arrivons à notre destination de cet été mais ce qui nous attend est fou ! Nous avons décidé de nous arrêter dans l’Hérault à Viols-Le-Fort dans l’association Kuna Yala. L’accès au terrain est une entrée entre poteau de 3m. Il est tard est au bout de 5 manœuvres on ira se poser sur un terrain un peu plus haut largement plus accessible. Je suis essouflé ! Ben oui je ne suis pas non plus tout jeune même si je suis costaud. tellement que le lendemain matin on voit que j’ai une fuite de gazoil par une durite. Avec agacement car tout cela est inconnu ils me réparent tout de même tranquillement et Hop ! Tout neuf ! Merci. Allez cette foic-ci on est un peu plus frais ! Nous rentrons en marche arrière. Et on rentre mais ce n’est pas fini au moins une dizaine de manœuvres encore pour aller s’installer sur notre emplacement. Et voilà maintenant il n’y a plus qu’à faire connaissance. Il s’agit d’un écolieu de partage où plusieurs familles vivent dans des habitations nomades type : tiny house, camion, bus.

Voyez mes moustiquaires !

Après quelques nouveaux travaux, sachez que j’ai été équipé de fermetures à clé pour mes soutes, nous sommes partis faire une visite : Saint-Bauzille-de-Putois où nous avons été déçu du village, par contre les grottes des demoiselles saisissantes ! Il faut aller visiter !

Ensuite nous nous sommes installés dans la maison du grand site à Saint-Guilhem-le-Désert. C’est payant, genre bien payant ! Mais il y a des services dont navette pour aller visiter Saint Guilhem même. Car là nous sommes au plan d’eau en bas du pont du Diable. Excquis ! Payant mais satisfait du lieu. Nous sommes restés une journée + une nuit + une journée = 20€

Ensuite après quelques errances nous sommes allés au lac du Salagou. Qui vaut le détour et même plus. Il faudrait y retourner et y rester un peu plus.

Nous partons pour un deuxième road trip. Première halte à Laroque juste après Saint Bauzille de Putois que nous avons déjà fait. Et comme par hasard juste à côté d’un vide grenier nocturne. C’est les aînés qui étaient contents et qui ont fait un achat de cartes pokémon du coup.

La montée a donné des sensations

Ensuite nous sommes allés au Mont Aigoual station météorologique très instructive et bien pédagogique.

la station météorologique du Mont Aigoual

Vraiment très sympa et comme nous étions en hauteur nous avons eu un bon bol d’air frais. Me voyez-vous ? Nous possédons maintenant une carte des étoiles.

lieu de bonnes baignades eaux limpides
Saint André de Valborgne

Nous nous dirigeons pas sans mal vers les prochaines destinations à travers les petits villages et les routes vraiment pas large. L’expérience se fait plus belle, les paysages sont tout aussi extraordinaires et même certains dignes des films. Nous sommes aussi allés jusqu’à Anduze pour faire le train vapeur qui nous a malheureusement déçu car finalement les beaux paysages nous les avions déjà découvert par le bus, ils étaient 5 fois plus magiques. Les 50€ dépensés ne valaient pas le détour. Nous aurions simplement dû regarder le train arriver ou partir.

Très jolie petite ville d’Uzès
Oui nous sommes allés visiter la ville d’Uzès qui est vraiment intéressante et jolie. Après une longue visite nous avons mangé de la fougasse et 6 bonnes glaces au glacier.
La cathédrale saint je ne sais plus
Le train vapeur d’Anduze
Publié dans Le car et la route | Laisser un commentaire